Melon de bourgogne

Originaire de Bourgogne, comme son nom l’indique, le melon est essentiellement cultivé en Loire-Atlantique pour la production du muscadet. Implanté sur les coteaux de Loire vers 1635, il doit son essor à sa bonne résistance au froid et à la demande des négociants hollandais. Avec 11 000 ha cultivés, c’est le plus grand vignoble monocépage blanc d’Europe.
Moyennement vigoureux, il donne une production régulière sur terrains argilo-siliceux et frais. Les grappes, de taille petite à moyenne, et les baies, petites et arrondies, sont assez sensibles au mildiou et très sensibles à la pourriture grise, favorisée par la compacité des grappes. Il est moins sensible au oïdium et à l’eutypiose.
Le melon donne des vins peu acides, secs, frais, légers aux arômes discrets. L’élevage sur lie lui apporte souplesse et rondeur et protège relativement de l’oxydation. S’il n’est généralement pas destiné à la garde, il révèle avec les années des arômes de pierre à fusil (poudre, odeur de briquet).

Voici le seul résultat