News Letter #2 – Printemps de chien !

Ami-e-s Épicurien-ne-s bonsoir !
Voici la news letter #2 de Bacchus is Back !

Bienvenue aux nouvelles personnes que j’ai ajoutées à la liste, salut et santé pour les autres !
J’espère que vous allez bien et que cette année s’annonce sous les meilleurs auspices (pas toujours évident lors d’une année électorale comme celle-ci).

Le printemps est là et la vigne se réveille, les vignerons retardataires se dépêchent de tailler avant la grande montée de sève. Dans les chais, les jus de raisins s’émoustillent, enfin ceux qui n’ont pas été « tués » par des doses massives de sulfites et autres intrants œnologiques bannis des pratiques de nos vignerons. Avec l’augmentation de la température, les vins en formation s’agitent dans leur cuve ou leur barrique, achèvent leur fermentation malolactique (transformation de l’acide malique en acide lactique), combinent lies, tanins, micro-organismes en suspension et composés organoleptiques laissés intacts par l’absence de collage et de filtration lors des éventuels soutirages. Ceux ayant déjà de long mois voire d’années d’élevage s’impatientent.
On assemble les cépages s’il y a lieu et l’heure des premières mises en bouteilles de l’année approche, phase cruciale et parfois traumatique pour les vins non sulfités (les manipulations diverses, le contact avec l’air font mauvais ménage avec un bon vin…), certains nécessitant plusieurs semaines d’adaptation au nouveau contenant.

Pendant l’hiver, la quête des vivants ne s’est pas interrompue. A l’occasion des salons de Montpellier (Vignerons de l’Irréels, Les Affranchis), Marseille (Roots 66), Angers (Les Anonymes, Les Pénitentes, Renaissance des Appellations) et Saumur (La Dive Bouteille) j’ai goûté plus d’une centaine de vins et presque autant de merveilles que j’aurais voulu rapporter. Les choix se sont avérés (très) difficiles !
Au cours de ces périples j’ai aussi visité quelques domaines : Simon Busser et Gilles Bley autour de Cahors, Denis Lattard à Autichamp dans la Drôme, Rémi et Patricia Bonneton à Tournon-sur-Rhône (nord Ardèche) et Géraldine et Christophe Pialoux près de Roanne. Rien ne remplace ces rencontres directes chez les vignerons, l’observation de leurs soins apportés à la vigne, l’ambiance de la cave et la dégustation des vins en cours à même la cuve ou la barrique !
Vivement les prochaine tournées : le 3 avril dans le Beaujolais, le 15 avril chez Philippe Tessier à Cheverny, le 8 mai chez Titou dans les Corbières, le 4 juin à Chevinas dans le Saint-Joseph, et certainement d’autres rendez-vous d’ici là… le printemps s’annonce chargé, en espérant que le climat soit plus clément qu’en 2016 et épargne les vignes des gelées tardives, grêle et mildiou.

Pour l’heure, le catalogue s’étoffe (voir pièce-jointe), les marchés reprennent des couleurs, j’ai effectué mon premier passage radio (sur France Bleu Maine le 8 mars dans « On cuisine ensemble ») et les premiers rendez-vous importants arrivent :

Samedi 25 et dimanche 26 mars (10h-19h) : 34e édition du salon des vins et de la gastronomie à Mayet. J’ai des invitations en pagaille pour qui est intéressé, il suffit de demander. Ce serait avec un immense plaisir que je vous accueillerai pour l’inauguration du « bacchus mobile bar » !

Vendredi 31 mars (18h30-20h) : dégustation d’une sélection de 7 vins du Languedoc-Roussillon à l’Austral, place du 117e R.I. (arrêt de tram Théodore Monod), suivie d’un concert Teriaki de The Healthy Boy, « one-man band au blues rocailleux » qui effectue sa dernière tournée pour mieux se consacrer à sa passion : faire du vin ! La dégustation est limitée à 20 personnes et je demande une participation de 3 euros. Pensez à réserver !

Voilà pour les nouvelles du moment. J’ai le projet d’éditer une brochure trimestrielle correspondant aux cycles saisonniers, mais ça demande un taf de ouf… D’autres dégustations sont en prévision pour les 3 mois à venir.

L’aventure de Bacchus au pays des vins nature continue,
Au plaisir de se revoir autour d’un bon verre de jaja !

Des bises gourmandes
Damien

News Letter #1 – Auto-exploitation

Chers amis, proches, familiers et familiaux,

Vous n’êtes sûrement pas sans savoir que j’ai rejoint depuis peu la grande tribu opportuniste des auto-exploiteurs macronisés à la sauce Fillon. Honte à moi, direz-vous, et vous aurez raison. Mais voilà, entre le salariat triste que j’eus connu par le passé et le RSAsme parasitique auquel je suis encore abonné (pour un temps que j’espère court), j’ai choisi mon camp, camarades.

Une nouvelle aventure et de nouveaux horizons s’ouvrent ainsi majestueusement devant moi et, si j’ose dire, c’est presque pour une bonne cause : le bien-boire vinesque, antichambre d’un bien-être supérieur constitué de rencontres remarquables et de moments inoubliables. Un hédonisme élevé au rang d’art de vivre et qui plus est complètement dans l’air du temps (opportunisme…) : le plaisir des sens, dans le respect des humains et de la planète, au service d’un commerce juste (« Sauvez un vigneron, buvez un canon », répètent à l’envi certains vinophiles !)

Connaissant votre goût immodéré (petits coquins) pour les petits et grands plaisirs qu’offre notre existence terrestre, j’ai donc l’honneur de faire appel à vous pour constituer l’avant-garde de la future « amicale joyeuse des buveurs de jus de raisin fermentés nus et sains ». Votre mission, si vous l’acceptez, sera d’aller porter la bonne nouvelle que, oui, le bon vin existe, et que, saperlipopette !, il est désormais accessible sur Le Mans-la-chanceuse ! Les grands restaurants parisiens et les importateurs japonais qui s’arrachent ces quilles à pris d’or n’ont qu’à bien se tenir : BACCHUS IS BACK !!!

Alors voilà, j’ai la joie de vous transmettre en pièce-jointe ce qui est pour l’instant un embryon de catalogue, fruit d’un labeur de fourmi à goûter des vins par dizaines dans des salons un tantinet boboïsants (Nantes…), à poser cent fois les mêmes questions (« et question soufre, vous travaillez comment ? »), à trimballer des cartons et rouler pendant des heures… Mais le résultat est là : un florilège de nectars aussi différents que délicieux, œuvres de vignerons-paysans-artisans-artistes passionnés qui n’ont d’autre sacerdoce que de produire les vins qu’ils aiment boire, au détriment pour certains de toute notion vénalo-marchande !

D’aucuns diront que, tudieu !, c’est pas donné. Je vous le confirme. Mais il en va du vin comme du reste, quand on aime, on ne compte pas ! Le prix, à défaut d’être justifié s’explique et je me ferai un plaisir de répondre à toutes vos questions, en toute transparence.

Je n’ai pas non plus l’intention d’inonder votre boîte mail. Disons une news letter par mois maxi avec les nouveautés, des infos pertinentes, des offres spéciales, des invitations à déguster… Et si malgré ma bafouille chiadée vous n’êtes pas, mais alors pas du tout intéressé-e, dites-le moi et je vous raye gentiment de la liste 😉

Merci d’avoir lu jusqu’au bout (si ce mail n’est pas arrivé dans les spams).

A tout bientôt pour certain-e-s, bonne lecture et bonne santé !

Des bises

Damien